La ferme des « 100 noms » évacuée et détruite

C’était un des lieux symboliques de la ZAD à Notre-dame-des-landes : la ferme des “100 noms”.

Détruite par les forces de l’ordre ce lundi, la ferme s’inscrivait pourtant dans le cadre d’un projet d’agriculture raisonnée, et aurait dû, à ce titre, échapper aux tractopelles.

Officiellement, les zadistes visés par les opérations d’évacuation du site sont ceux qui n’avaient pas déclaré de projet individuel agricole auprès de la préfecture.

Or, selon Anthony Meignen, secrétaire de l’Acipa, une demande de régularisation du lieu a été faite. L’association, revoltée sur Twitter, défend une ferme que certains zadistes construisaient depuis 5 ans :

Guillaume, berger et habitant des « 100 noms », s’exprime dans  Ouest-France :

« On s’était déclaré comme habitants, on avait fait une demande pour un projet agro-environnemental auprès de la Mutuelle sociale agricole. On n’a eu aucune réponse et, aujourd’hui, on est viré. C’est une vaste blague ! C’est écœurant ! »

Le site comprenait un champ, des cabanes, un potager, un hangar ainsi qu’une vingtaine de moutons et des ânes, évacués en urgence. Un bâtiment de près de 430m² a été détruit par les forces de l’ordre.

La ferme des “100 noms” aprés le passage des forces de l’ordre, photo par Christophe Jaunet sur Twitter.

 

 

Marion Cousin

Editorial Manager @ Bim Magazine