Carton rouge sur la publicité d’alcool en Lituanie

18,2 litres d’alcool pur.

Ce n’est pas la quantité de spiritueux en tout genre que vous avez englouti pour noyer le chagrin de votre dernière rupture (enfin on espère, car franchement la survie de votre foie vaut bien plus que ce sale type / cette pauvre fille –rayez la mention inutile).

Non, 18,2 litres, c’est le triste chiffre de la consommation d’alcool en Lituanie par an et par personne, ce qui place le pays comme l’un des plus gros consommateurs au monde.

Le gouvernement tente donc de limiter les pots cassés, et vient d’interdire la publicité pour boissons alcoolisées dans les médias.

Problème pour les magazines étrangers vendus en Lituanie et pour lesquels cette censure n’existe pas dans leur pays d’origine : pages arrachées et publicités censurées à l’aide de gros autocollants rouges dès que l’on aperçoit la moindre flasque, litron de vodka, bouteille de Bordeaux ou verre de Chardonay.

Autant vous dire que ces magazines version édulcorés à la sauce lituanienne ressemblent un peu au catalogue La Redoute 1992 que votre petit frère cachait sous son matelas : des torchons.

On ne peut qu’imaginer la tristesse des journées des employés affectés à la tâche. “C’est une pratique issue des temps obscurs du Moyen Âge”, s’est même insurgée la présidente du pays, Dalia Grybauskaite, qui n’appartient pas à la majorité gouvernementale.

Mais au-delà de l’aberration de cette décision, l’inquiétude est certaine dans ce pays de l’ex-bloc soviétique : “Les pages arrachées ou collées obligent à se rappeler ce qu’est la censure » s’inquiéte Lietuvos Zinios, un journal local.

À la vôtre.

 

Marion Cousin

Editorial Manager @ Bim Magazine