Bientôt des prix flexibles sur les cartes des restaurants

Et si vous faisiez des économies en choisissant mieux le jour de votre réservation au restaurant ?

À Londres, le restaurant Bob Bob Ricard est en train de tester un tout nouveau système de tarification qui pourrait bien révolutionner le monde de la restauration…

Leonid Shutov, le gérant du restaurant de Soho, s’est s’inspiré du modèle de l’industrie du tourisme, où les prix affichés diffèrent selon le jour et l’heure d’une réservation, pour instaurer le tout nouveau business model de son établissement. Pour lui, si les compagnies aériennes ou les hôtels ne fonctionnaient pas selon ce principe, leur business model ne serait pas viable. Alors pourquoi ne pas l’appliquer aux restaurants ?

Les prix à la carte seraient alors facturés 25% moins cher sur des temps creux comme le lundi soir et aux déjeuners du lundi au jeudi, 15% moins cher sur des moments où le restaurant est un peu moins rempli comme les mardis et dimanches soir et les midis du vendredi au dimanche, et au tarif plein pour un samedi soir.

Si le restaurant londonien est le premier à sauter le pas, d’autres établissements ont déjà réfléchi à l’instauration de ce type de tarification. Des Gunewardena, le président de la société D&D London, possédant une quarantaine de restaurants dans le monde entier, a indiqué que c’était un grand sujet dans son entreprise depuis une vingtaine d’années, mais qu’il n’avait finalement pas pris cette décision de peur que les clients trouvent l’idée trop « publicitaire ».

Lutter contre la baisse de fréquentation des restaurants

Pour un établissement comme le Bob Bob Ricard, la fréquentation du restaurant n’est pas la même un lundi midi et un samedi soir : seulement 40 tables en moyenne sont remplies le lundi midi, tandis que 400 seront pleines un samedi soir, avec également l’ouverture d’une liste d’attente certains week-ends. Une baisse des prix sur certains moments de la semaine permettrait alors d’avoir une meilleure fréquentation du lieu, tout en proposant une expérience aussi qualitative à un plus bas. Cette évolution des prix pourrait alors être aussi favorable pour le restaurant que pour le client qui, en choisissant bien son jour de réservation, bénéficierait d’une promotion plus ou moins importante sur sa note.

En France, une telle évolution pourrait permettre de surmonter la baisse de fréquentation subit par les restaurants depuis plusieurs années déjà, notamment à cause des attentats. En 2016, le chiffre d’affaires des restaurateurs a chuté d’environ 4% en un an, et a même atteint 8% pour Paris. Selon une étude de 2015 sur les chiffres du secteur de la restauration, un des freins principaux à l’ouverture d’un nouveau restaurant serait l’insuffisance ou la diminution de la clientèle.

À ce jour, d’autres établissements surveillent de près cette nouvelle logique tarifaire et pourraient suivre le mouvement  très rapidement. Un nouveau modèle à suivre pour tous les restaurants ?

source : Bloomberg.com

Loukiana Leite

Rédactrice @ Bim Magazine