Hinalys – La Sugar Queen d’Instagram

L’exotique pseudonyme @Hinalys mène vers LE paradis visuel du sucré. S’y mettent en scène gâteaux à étages coiffés de fleurs fraîches, brioches en couronne, roulées, au potiron ou au matcha et la déjà iconique brioche léopard… Derrière cet alléchant instagram romantico-calorique se cache Linda, prothésiste dentaire et serial-pâtissière aux fourneaux de sa maison. C’est notre insider de la semaine.


Pourquoi avoir choisit Mokonuts pour notre rencontre ?

C’est un endroit convivial. On y partage non seulement les petites assiettes salées préparées par Omar et les pâtisseries de Moko, sa femme mais aussi tout un relationnel. On échange avec d’autres passionnés, mais aussi avec Moko. On se donne des conseils, des recettes, comme à la maison.

Lynda goûte les gâteaux en discutant avec Moko, la pâtissière de Mokonuts.
Lynda goûte les gâteaux en discutant avec Moko, la pâtissière de Mokonuts.

Tu es un vrai bec sucré, Mokonuts est un peu ton paradis…
Tout à fait ! On y fait les meilleurs cookies de Paris. Il faut vraiment passer et goûter le cookie chocolat blanc et olives confites. Dès que j’ai un moment, je viens ici. Ca m’est déjà arrivé de venir 4 fois en une semaine pour prendre simplement un cookie. Je ne peux pas m’en passer !

Qu’ont-ils de si particulier ces cookies ?
Ils ne sont pas trop sucrés, le dosage est parfait. Je ne mets vraiment pas de sucre dans mes gâteaux lorsque je pâtisse, et ces cookies je les trouve parfaits. Le chocolat relève le tout, ils sont super moelleux, le meilleur moment pour les goûter c’est lorsqu’on les sort du four.

Les démentiels cookies de Mokonuts.
Les démentiels cookies de Mokonuts.

Hinalys, ton pseudonyme sur Instagram, qui est-ce ?
Hinalys, c’est quelqu’un de passionné. C’est ce que fait Linda à la maison. C’est un partage émotionnel. Ce que je mets à l’écran sur Instagram, ce sont des choses que je ne partage pas avec d’autres. Lorsque je suis dans ma cuisine finalement, je suis toute seule. Sur Instagram, je m’ouvre et je partage ça avec plein de passionnés. Les gâteaux en fait, ça m’apaise, c’est mon échappatoire. Quand je ne vais vraiment pas bien, il peut être minuit, je mets la main à la pâte, et une fois les gâteaux finis je peux recommencer à nouveau ma journée.

Comment a commencé cette histoire d’amour avec les gâteaux ?
Il y a 7 ans, j’ai fait un cours de pâtisserie. J’ai adoré pocher des macarons. D’ailleurs, la poche à douille et les douilles sont mes accessoires préférés, j’adore ça.
J’ai refait des macarons à la maison, et petit à petit, je suis passée à autre chose. …la pâtisserie est née chez Linda !

Avant cela, tu ne cuisinais pas ?
Ah si quand même ! Mon père est un ancien chef, il avait un restaurant de cuisine chinoise. Maman était tout le temps aux fourneaux à la maison. J’ai toujours bien mangé, mais je n’étais pas encore attirée par les fourneaux. Après, c’est bête à dire, mais déjà à 12, 13 ans je testais dans les grandes marques de gâteaux, mes amis ne comprenaient pas. Fauchon, Lenôtre… Je faisais le tour et ne jurais que par eux. C’est donc une passion qui était là depuis longtemps, que je ne pensais jamais pouvoir exécuter. En prenant un cours de pâtisserie, j’ai eu un déclic, je me suis lancée.

Latte, cheesecake "sans fromage" et cookie.
Latte, cheesecake “sans fromage” et cookie.

C’est drôle, en allant sur ton Instagram on pourrait penser que tu passes ta vie à faire des gâteaux. En réalité, la vraie Linda fait tout autre chose…
La vraie Linda est prothésiste dentaire depuis une dizaine d’années.

Est-ce qu’un jour tu te vois revirer de l’autre côté du comptoir ?
J’aimerais arrêter ce que je fais, et vivre l’un de mes rêves : ouvrir un salon de thé et partager ce côté sucré que j’ai en moi, finalement c’est ce que les gens me demandent déjà…

Finalement c’est ce que tu fais déjà. On peut déguster tes brioches le week-end chez Season par exemple.

La fameuse brioche léopard au "matcha" de Linda.
La fameuse brioche léopard au “matcha” de Linda.

Complètement. Je suis devenue auto-entrepreneur, et je prends des commandes le week-end. Pour les particuliers, pour les sociétés aussi. Chez Season, on retrouve mes brioches dans leur brunch. Cathy, la propriétaire a eu un coup de coeur pour moi. Surtout, elle adore le matcha, et je suis amoureuse de ce thé vert, que je travaille beaucoup en boulange ou en gâteaux. Un jour, j’ai travaillé la brioche léopard au matcha. Cathy a totalement craqué et elle a commencé à me le commander.

Quelle est la pâtisserie qui t’identifie le mieux ?

On dit souvent que c’est la brioche, car j’adore travailler la brioche sous toutes les formes. En ce moment, je dirais le layer cake qui est un gâteau à étages. Je le décore de fleurs fraîches, je travaille avec une fleuriste. Attention, elles ne sont pas comestibles !

 

Linda, tu es d’origine chinoise et cambodgienne. Est-ce que ces deux pays influencent ton travail en cuisine ?
Ca m’arrive, mais je ne vend pas ces pâtisseries. Ce sont des petits bébés que je garde encore pour moi. Ce sont des mix de produits que je teste, mais ces pâtisseries ne sont pas encore tout à fait au point. J’adore travailler le taro, le thé en général en faisant infuser des crèmes par exemple, mais aussi le sésame. Pour l’instant ce sont des gâteaux tests que seuls quelques copains ont eu l’occasion de goûter (rires).

Quelle est ta madeleine de Proust ?

Il y a deux desserts qui ont bercé mon enfance : l’un est une sorte de riz au lait mais travaillé avec du lait de coco, dans lequel on incorpore des morceaux de taro ; le deuxième est typiquement cambodgien : on prend un potiron, on le creuse et on y fait cuire un flan au lait de coco. Au Cambodge on adore manger le potiron en sucré, là comme on est en pleine saison, je le travaille infiniment !

Tu voyages beaucoup ?


Pas beaucoup, mais lorsque je le fais, j’en profite pour découvrir la nourriture locale. Ma meilleure destination ? L’Asie. En 1 mois, j’ai arpenté 4 destinations : Vietnam, Laos, Cambodge et Thaïlande. On a bougé en train, en avion, et on a mangé partout. J’adore marcher et m’arrêter toutes les deux minutes dans des petites échoppes proposant salade de papayes, des sautés de nouilles, beignets frits etc… En Asie, il y a de tout, c’est dingue.

Quelle est ton adresse dépaysement à Paris ?
Ce serait Lao Douang Chan dans le 13ème. On se croirait au bled quand on y déjeune. La foule, les voix prenantes des serveuses, les spécialités laotiennes comme les nouilles sautées maison et les banh canh entre autres. J’en raffole depuis que mon copain qui est laotien-vietnamien m’a fait découvrir ces spécialités. Puis en ressortant on sent le graillon, tu parles d’une expérience globale !

Tu es très active sur Instagram et tu as plus de 46 000 followers, qu’est ce que cela a changé dans ta vie au quotidien ?

C’est un réseau social qui m’a permis de me lancer à faire ce que j’aimais. Il m’apporte aussi une clientèle, qui me commande des gâteaux d’anniversaire ou de mariage. Grâce à Instagram, j’espère bientôt pouvoir changer ma vie.

Suivez les Instagrams Bim et Hinalys et gagnez une carte cadeau pour découvrir l’un des restaurants Bim.

bouton

Carmen Vazquez

Journaliste food chez Bim